26 avril 2018 - XMPie uStore et FreeFlow Core 5.1 : nouveau comportement à prendre en considération

Avec StoreFlow 9.2, XMPie propose désormais à ses clients d'utiliser la version 5.1 de FreeFlow Core, la solution d'automatisation de processus intégrée à la solution d'impression en ligne. Comme depuis toujours, il est possible d'associer un produit XMPie à un flux prépresse, permettant aux traitements de s'exécuter potentiellement sans aucune intervention opérateur depuis la commande du client jusqu'à l'impression - sachant qu'il est toujours possible d'insérer dans ce flux des étapes de contrôle - manuelles ou automatiques.

Le changement de comportement intervenu avec FreeFlow Core 5.1 nous a été expliqué en détails par le Service Clients de XMPie et, du fait qu'il n'est pas forcément décrit clairement dans les notes de version de FreeFlow Core, il nous a paru utile de le retranscrire ici.

Dans les version antérieures à la 5.1, FreeFlow considérait comme "terminé" tout travail qui avait été soumis au RIP de la presse cible. De ce fait, le statut "terminé" était rapidement retourné à XMPie, qui passait automatiquement le travail à l'étape suivante dans le portail eCommerce ("Prêt à expédier", ou tout autre état que l'Administrateur de la solution XMPie aurait choisi).

Depuis la version 5.1, FreeFlow sait dialoguer de manière plus "intime" avec le RIP de la presse cible, et passera le travail à l'état "terminé" uniquement lorsque le RIP l'aura dit - en fonction de ce que la mécanique de la presse lui dira. Dans les ateliers où il y a beaucoup de travail (comme chez vous, cher lecteur / chère lectrice ), il peut se passer un bon moment entre la réception du travail sur le RIP et l'achèvement réel de l'impression. Or, par défaut, XMPie a jugé que la durée au bout de laquelle un travail non terminé devait être considéré comme "en erreur" était de ... 1h (une heure).

Nous ne nous étendrons pas sur le choix de cette valeur par défaut... Néanmoins, dans sa grande sagesse, l'éditeur l'a rendue paramétrable. Si l'on augmentait la durée de cette "patience" à, disons, 24 heures, le travail passerait immédiatement à l'état "terminé", quel que soit le moment où sa production aurait été achevée - à concurrence d'une journée ; il ne passerait en erreur qu'au bout d'un jour, au cas où le RIP n'aurait toujours pas annoncé la grande nouvelle.

Contactez-nous pour toute question !

Retour au blog Contact